Vous êtes...

gagner en confiance en soi au travail
Articles

Comment gagner en confiance en soi au travail ?

Je n’y arriverai jamais”, “je ne suis pas au niveau”…

Cette petite voix dans votre tête vous rappelle quelque chose ? Plus pour longtemps.

La confiance en soi est comme un muscle qui a besoin d’exercices réguliers pour se développer. On partage avec vous les meilleures astuces et conseils de nos experts pour vous aider à donner le meilleur de vous-mêmes au travail et retrouver confiance en vous.

Le cercle vicieux de la confiance en soi

Le problème quand on manque de confiance en soi, c’est qu’on entre vite dans un cercle vicieux. À force de se persuader que l’on n’est pas à la hauteur d’un projet, on se met soi-même en situation d’échec dès le départ. C’est ce qu’on appelle une “prophétie autoréalisatrice”. Et à l’arrivée : l’impression d’avoir échoué entraîne une dégradation d’autant plus forte de l’estime de soi. Bref, une spirale négative dont il faut absolument se sortir.

Dans le meilleur des cas, le manque de confiance peut se traduire par un comportement hésitant avec ses collègues, une tendance à l’évitement qui fait passer à côté de belles opportunités, ou tout simplement la crainte de s’exprimer en public ou de défendre ses idées dans un projet.

Mais il peut aussi être plus marqué et entraîner une dévalorisation permanente voire aboutir à un véritable syndrome de l’imposteur. Dans ce dernier cas, on se persuade que l’on a pris la place de quelqu’un d’autre et que notre entourage va forcément s’apercevoir de notre manque de compétences.

La confiance en soi est basée sur des croyances - en l’occurrence, des croyances négatives sur nos propres capacités. Ces croyances limitantes ont pu se construire lors de l’enfance, ou à la suite d’événements marquants tout au long de la vie (prise de parole en public, examens importants…). Ce qu’il faut retenir donc, c’est que la confiance en soi est une construction, pas un état de fait. Elle n’est pas gravée dans le marbre.

Alors s’il vous arrive parfois de tomber dans ce cercle vicieux, il est possible d’inverser la tendance. On vous explique comment.

Nos 7 conseils pour muscler sa confiance en soi au travail

1. Passer à l’action, pas à pas : Rien ne sert de se lancer dans un objectif démesuré pour commencer. Avec de petites réussites, on prend confiance en ses capacités et l’on est capable d’aborder peu à peu des challenges plus importants qui nous font sortir de notre zone de confort. Avant de prendre la parole devant 200 personnes, on essaie de faire une présentation devant quelques collègues que l’on connaît bien, puis d’organiser un webinar avec une trentaine de spectateurs par exemple.

2. Célébrer chaque (petite) victoire :  Comme l’explique Margaux Tancrède, psychologue moka : « La célébration de chaque réussite agit en nous tant sur le plan psychologique que physiologique. Prendre conscience et reconnaître ses progrès procure des émotions positives qui se renforcent à mesure que nous les éprouvons. Ces émotions viennent libérer des endorphines dans le corps, et activeront par anticipation le système de récompense du cerveau en produisant de la dopamine lors des prochains succès. En arrêtant de se comparer aux autres et en célébrant chaque réussite, on donne du sens à ses actions et on développe sa motivation pour l’avenir. En plus d’être vertueuse pour soi, cette reconnaissance est communicative, c’est le phénomène de contagion émotionnelle alors partagez chaque victoire sans modération ! »

3. Dresser la liste des succès passés : quand on manque de confiance en soi, on ne réalise pas sa propre valeur. Pour réussir à dresser un bilan objectif, prenez le temps de repenser à toutes les missions que vous avez réussies ces derniers mois ou ces dernières années (en les associant si possible à des résultats chiffrés pour leur donner encore plus d’impact). Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez demander leur avis à des proches ou à des collègues. Pour ancrer cette habitude, on aime bien l’exercice des trois réussites du jour. Le principe ? Chaque soir avant de vous coucher, vous identifiez trois choses dont vous pouvez être fier au cours de la journée. (Si c’est trop difficile, vous pouvez démarrer avec une réussite par jour au départ et augmenter au fil des jours).

4. Se concentrer sur ses forces : pour regagner en confiance, prenez le temps de faire le point. Dans quels domaines agissez-vous avec aisance ? Sur quels sujets demande-t-on toujours votre avis ? Si vous n’arrivez pas à être objectif avec vous-mêmes ou si vous ne voyez que du négatif, un bilan de compétences peut être un excellent moyen pour mieux vous connaître et réaliser que vous avez - comme tout le monde - des points forts qui vous sont propres.

5. Se former : rien de tel pour renforcer la confiance que de se sentir légitime. Des initiatives comme le Compte Professionnel de Formation peuvent vous permettre d’approfondir le thème de votre choix via un financement public.

6. Revoir sa posture : la confiance en soi passe aussi par le langage corporel. Avez-vous déjà remarqué que le simple fait de vous tenir droit et de ne pas croiser les bras vous donne un sentiment d’assurance ? C’est normal, cet effet a été démontré et mesuré en laboratoire. Notre posture peut influer sur notre confiance et nos émotions en régulant la production de testostérone et de cortisol qui jouent un rôle majeur quand il s’agit de s’affirmer. Alors avant une prise de parole, écartez vos pieds de la largeur de vos hanches, dégagez vos épaules vers l’extérieur et redressez la tête comme si un fil partait du haut de votre crâne. Cela vous permettra non seulement de gagner en confiance, mais aussi de renvoyer une image plus sereine à votre entourage.

7. Utiliser les ancres mentales pour s’apaiser : - les quoi ? Margaux Tancrède, psychologue référente moka nous explique : « L’ancrage émotionnel est utilisé en thérapie et en PNL (Programmation Neuro Linguistique). C’est une technique simple qui permet de « reprogrammer » sa manière de réagir à certaines situations. En général, nos réactions se passent en deux temps : certaines situations, certains lieux ou objets nous font ressentir des sensations positives ou négatives. Puis, notre cerveau associe ces sensations à des états mentaux et des comportements (par exemple se sentir nerveux à chaque prise de parole en public). C’est comme si notre cerveau faisait un raccourci. Utiliser les ancres mentales permet justement de changer son état mental en créant des ancres positives, c’est-à-dire en créant de nouveaux raccourcis pour notre cerveau. Tout est question d’association : commencez par choisir l'état émotionnel que vous souhaitez atteindre. Puis retrouvez un souvenir de votre passé où vous avez ressenti la même émotion que celle que vous avez choisie. Visualisez et ressentez ce moment précis de votre vie. Fermez les yeux, entendez les sons que vous avez entendus, les mots prononcés, ressentez les sensations sur votre corps et revivez l'expérience comme si vous la viviez à nouveau. L’ancre doit impliquer un ou plusieurs de nos sens et doit être stimulée exactement de la même manière chaque fois que vous l'associez à l'expérience d'apaisement et de relaxation. À force de la pratiquer, celle-ci deviendra naturelle et vous pourrez la réutiliser dans les situations susceptibles de générer du stress ou de l’anxiété. »

Le manque de confiance en soi n’est pas une fatalité. Il existe des exercices pour la développer mais nos propres croyances peuvent parfois freiner ce processus. Si vous ne constatez pas ou peu d’amélioration avec ces bonnes pratiques, le coaching ou la psychothérapie peuvent être des alliés de poids.

Si vous en ressentez le besoin, moka.care propose des sessions avec des praticiens spécialisés sur la thématique de la confiance en soi afin de vous accompagner au mieux.