Iphone background

Vous êtes...

violences domestiques et travail

Comment mieux prendre en charge les violences intrafamiliales des collaborateurs ?

3
minutes de lecture

Une femme sur six est ou sera victime de violences intrafamiliales au cours de son existence selon la MIPROF*. Le chiffre est abyssal et amène bien des questionnements, y compris dans la sphère professionnelle. Car puisque le travail est l’un des chaînons nous permettant de “faire société”, est-il déraisonnable de penser que l’entreprise a un rôle à jouer ? Sachant qu’au sein d’une même structure, victime et bourreau peuvent cohabiter, avec tous les impacts que cette violence peut avoir en termes de productivité sur les employés… Alors, dans l’hexagone, certaines entreprises ont déjà tranché : elles se sont engagées avec vigueur contre ce fléau de santé publique.

Selon les estimations mondiales de l'OMS, 35% des femmes, soit près d'1 femme sur 3, indiquent avoir été exposées à des violences physiques ou sexuelles de la part de leur partenaire intime ou de quelqu’un d’autre au cours de leur vie. Cela signifie que l’une de ces femmes s’est forcément assise près de vous à un moment ou un autre de votre vie. Peut-être même s’agit-il de votre collègue qui pianote tranquillement sur son clavier et ne laisse rien transparaître de ses souffrances. C’est d’ailleurs ce qui complique grandement la prise en main du sujet. “Certaines victimes vivent depuis tellement longtemps avec ces violences qu’elles ont appris à vivre avec et à les cacher”, relève Noémie Khenkine-Sonigo, Fondatrice de Team’Parents, une plateforme de soutien à la parentalité. 

“L’autonomie financière est un facteur de protection des victimes”

Pour autant, est-ce parce que ces violences sont souvent invisibles qu’il faut les consigner et ne pas s’en préoccuper, que l’on soit simple collaborateur, manager, RH ou dirigeant ? Pour notre interlocutrice, la réponse est évidente : “C’est une responsabilité collective. L’entreprise peut et doit protéger les victimes, déjà parce que c’est un sujet qui concerne tout le monde, mais aussi parce que l’autonomie financière des victimes est un réel facteur de protection”, martèle la spécialiste. Sans compter que pour les victimes, l’entreprise représente souvent le dernier bastion de liberté quand elles peuvent demeurer en activité. “Sans cesse rabaissée et souvent isolée de ses amis ou sa famille, la victime n’a plus la capacité de demander de l’aide à ses proches, c’est pourquoi la main tendue par l’entreprise peut être précieuse, voire sauver une femme en danger et ses enfants”, souligne la fondatrice de Team’Parents.

Malheureusement, les situations de rupture ou de violences intrafamiliales fragilisent le maintien des femmes dans l’emploi (nous parlons ici de femmes car celles-ci sont majoritairement touchées par les violences conjugales, 80% vs 20%). De plus, les entreprises sont encore peu à l’aise vis-à-vis du sujet, par crainte d’un manque de légitimité. “Peu de sociétés sont mobilisées sur ce thème, la parole des victimes est encore tabou, sans compter qu’il existe aussi le cas de couples qui sont tous les deux dans la même entreprise”, souligne Noémie Khenkine-Sonigo. Dans ce cas, un employeur peut-il licencier un collaborateur pour ce motif ? Sur ce point, aucune réponse tranchée : cela dépend des circonstances et de l’emploi.

Chez 50% des victimes, les violences domestiques ont un impact au travail

Face à ces multiples défis, certaines entreprises ont décidé d’agir. Un réseau nommé « Une femme sur trois »  regroupe des entreprises comme Korian, L’Oréal, BNP Paribas, Carrefour, SNCF et Lagardère à travers la Fondation Elle. On peut aussi citer Accor qui a lancé avec La Fondation des Femmes, une plateforme dédiée au projet “Abri d’urgence”, destiné aux femmes victimes de violences.

Chez BNP Paribas, le service des Ressources Humaines a décidé de s’emparer du sujet de manière vigoureuse. Dans un podcast, le groupe explique pourquoi et comment les entreprises peuvent s’engager à leur tour. La banque est d’autant plus convaincue de la responsabilité des organisations qu’elle a réalisé une grande enquête en 2019 mettant à jour l’impact des violences sur le travail. “Chez 50% des victimes, les violences subies à la maison ont un impact quotidien sur leur travail : manque de concentration, de confiance en soi, troubles de l’humeur, retards, absences, incapacité à accepter une promotion…”, rapporte Caroline Courtin, Responsable Diversité et Inclusion. 

Les mesures phares de BNP Paribas contre les violences conjugales et intrafamiliales : 
  1. Proposition d'hébergements d’urgence pour un collaborateur ou une collaboratrice dans une situation de violence (sachant qu’en moyenne, une femme fait 6 tentatives avant de parvenir à quitter son foyer).
  2. Partenariat avec le 3919, une cellule d’écoute recevant près de 100 000 appels par an pour traiter des violences physiques, morales et économiques.
  3. Proposition de mobilité géographique d’urgence pour la collaboratrice ou le collaborateur victime d’un(e) conjoint(e) violent(e).
  4. Possibilité d’adapter les horaires de travail ou de faire du 100% télétravail pour les victimes dont l’agresseur est soumis à une mesure d’éloignement.
  5. Service d’avance sur salaire.
  6. Et plus globalement, formation des conseillers bancaires aux violences économiques (refus de payer une pension alimentaire, de permettre l’ouverture d’un compte, de détenir une carte de crédit etc)
  7. Possibilité pour toutes les victimes d’ouvrir un compte bancaire avec le service “Nickel” en 5 minutes chez un buraliste avec seulement une pièce d’identité, et ainsi de n’envoyer aucun courrier à domicile.

Existe-t-il des signes repérables en entreprise ?

Les violences intrafamiliales impactent autant la santé physique que mentale des victimes, ce qui va nécessairement jouer sur leur capacité à s’investir professionnellement. “Lorsque le conjoint agresseur exerce un contrôle coercitif, cela peut impacter les horaires de travail, les déplacements professionnels, les sorties entre collègues etc. Bien sûr, cette situation va aussi toucher l’estime de soi. Par exemple, la victime n’aura pas assez d'énergie mentale pour accepter une promotion”, illustre Noémie Khenkine-Sonigo. 

Pour autant, on peut également observer des impacts diamétralement opposés au travail. Une victime de violences intrafamiliales peut au contraire s’investir démesurément dans sa vie pro pour retarder au maximum l’heure à laquelle elle rentre à la maison. En fait, il n’existe pas de profil type chez une victime de violences intrafamiliales. Plusieurs schémas adverses peuvent être observés. C’est ce que nous explique Julie Garel, psychanalyste et consultante en psychologie du travail.

Elle observe différents profils : 

  1. La victime qui se met en permanence en position de “numéro 2”, de “super bras droit”, qui ne prononce jamais un mot plus haut que l’autre. “C’est une personne qui peut faire les choses à la perfection, se donner plus que nécessaire, voire faire preuve de soumission”, observe-t-elle.  Une “dynamique” qu’on observe notamment chez les personnes victimes de violences dès l’enfance. “J’ai eu le cas récemment d’une cliente qui a été violemment poussée au sol à l’âge de 12 ans par un père très autoritaire. Depuis, elle demeure dans une posture où elle n’ose jamais se mettre en première ligne, par peur de déranger”, rapporte Julie Garel qui l’accompagne aujourd’hui à développer son leadership. 
  2. La victime de violences à la maison peut aussi prendre une posture complètement inverse : celle du bourreau. Si la victime n’avait pas subi de violences auparavant, on peut alors observer un changement de comportement : une irritabilité, de la recherche de conflit, de la colère. “Faute de pouvoir se déployer à la maison, ces sentiments peuvent impacter la vie au bureau et la victime se transformer en persécuteur”, poursuit la psychanalyste.
  3. Le dernier cas de figure, et le plus grave de tous, est la victime qui tente de se suicider - ou a minima de se faire du mal - sur son lieu de travail, en retournant la violence contre elle-même. “Le bureau peut être le seul endroit où la victime est libre d’intenter à son corps. D’ailleurs, cela peut aussi se retrouver dans les conduites addictives”, souligne Julie Garel.

L’entreprise comme garde-fou face aux violences domestiques

Alors, que faire concrètement ? Depuis quelques années, il existe des secouristes en santé mentale dans les entreprises, formés sur la base du volontariat afin de repérer les collaborateurs en détresse. On pourrait imaginer que certains salariés volontaires se forment sur le sujet des violences intrafamiliales afin d’orienter et accompagner les victimes vers les bons interlocuteurs. “Cette première personne qui récolte la parole n’est donc pas forcément le manager qui a déjà de nombreuses casquettes. De plus, c’est essentiel que le système d'alerte soit connu et accepté de tous”, relève Julie Garel.

De son côté, Noémie Khenkine-Sonigo insiste sur l’importance de cette première parole confiée : “Pendant longtemps, les policiers n’étaient pas formés à recevoir les victimes de violences intrafamiliales et doutaient de leur parole. Or, cela peut être déterminant dans un parcours. Ceci étant dit, un collaborateur qui recevrait ces confidences ne devrait surtout pas rester seul face à ces dernières. Cela peut aussi créer des traumatismes chez celui qui écoute”. 

Au final, rappelons que c’est en favorisant le maintien des victimes dans l’emploi, et en mettant en place certains garde-fous très simples (comme refuser de verser de manière automatique un salaire sur un compte-joint) que l’entreprise peut apporter un soutien précieux aux victimes. De plus, il ne faut jamais oublier que l’on ne peut pas forcer une victime à s’exprimer si elle ne le souhaite pas, sous peine de la mettre encore plus en danger. Pour éviter que le remède soit encore plus nocif que le mal, les expertes recommandent donc des dispositifs subtils comme l’écoute active ou encore des conférences de sensibilisation permettant à l’entreprise de rappeler que sa porte est ouverte et que des solutions existent pour protéger les victimes. Une manière aussi de sensibiliser les agresseurs présents dans l’entreprise dont une partie s’ignore encore tant les violences intrafamiliales sont ancrées dans notre culture. A ce titre, les entreprises peuvent proposer un accompagnement psychologique pour leurs collaborateurs afin d’aider les victimes éventuelles de ces violences.

 

*Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains

Paulina Jonquères d’Oriola

Télécharger le livre blanc

Vous avez
des questions,
nous avons les
réponses

No items found.
Découvrez notre dernier guide
X

Travail émotionnel des RH : des clés pour comprendre et s'alléger

Dans ce guide en partenariat avec le cabinet de conseil Korn Ferry, vous apprendrez  :

Icon encoche
Pourquoi le métier de RH implique une charge émotionnelle accrue
Icon encoche
Quelles solutions les RH peuvent mettre en place pour se préserver
Icon encoche
Comment les équipes dirigeantes peuvent prendre soin des équipes RH au quotidien

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Rencontrez-nous

64% des employés se disent stressés au travail *
Que faire ?

Avec moka.care, donnez accès à vos équipes à :

Icon encoche
Un accompagnement humain, personnalisé, et absolument confidentiel
Icon encoche
Une expertise incarnée par 150+ psychologues, coachs et thérapeutes que nous avons sélectionnés
Icon encoche
Des formations dédiées pour prévenir les RPS et former vos collaborateurs à la gestion du stress, à la prévention des conflits, etc.
Icon encoche
Un soutien RH pour identifier les enjeux de l'entreprise, prévenir les risques, et mesurer l'impact
Icon encoche
Une App et 200+ contenus pour se former et prendre soin de soi

* Résultat de l’étude “People at Work 2022” de l’ADP, en Septembre 2022

💡
Attention, ce formulaire est réservé aux dirigeant(e)s et aux fonctions RH.
Pour nous mettre en relation avec vos RH, cliquez ici.
💡
Attention, ce formulaire est réservé aux entreprises souhaitant découvrir nos services.
Pour devenir praticien avec moka.care, cliquez ici.
Déjà membre ? Connectez-vous

Merci d'avoir pris le temps de remplir notre formulaire de contact !

Gardez un oeil sur votre boîte mail ; nous revenons vers vous au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Découvrez notre dernier guide
X

Travail émotionnel des RH : des clés pour comprendre et s'alléger

Dans ce guide en partenariat avec le cabinet de conseil Korn Ferry, vous apprendrez  :

Icon encoche
Pourquoi le métier de RH implique une charge émotionnelle accrue
Icon encoche
Quelles solutions les RH peuvent mettre en place pour se préserver
Icon encoche
Comment les équipes dirigeantes peuvent prendre soin des équipes RH au quotidien

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Découvrez notre dernier guide
X

Les nouveaux managers :
le travail se réinvente,
le manager aussi

Un monde qui change demande des éclaireurs qui évoluent aussi. Dans ce guide en partenariat avec Kea & Partners, vous apprendrez  :

Icon encoche
Comment prendre soin de soi en tant que manager avant de prendre soin des autres
Icon encoche
Comment trouver un équilibre entre exigence et bienveillance vis-à-vis de ses équipes

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer

La santé mentale est la deuxième cause des arrêts maladie en France

Quel impact sur la santé financière de votre entreprise ?
Faites une estimation des coûts de l’absentéisme, du turnover et des burn-outs avec notre calculateur.
Calculer les coûts