Iphone background

Vous êtes...

communication non violente

Comment instaurer la Communication NonViolente dans mon entreprise ?

3
minutes de lecture

Diplômée en ingénierie thermique et énergétique, Brigitte Ploix-Gaydon a travaillé pendant plus de 20 ans dans l’industrie à des postes techniques et de management.

Et puis, elle s’est passionnée pour tout autre chose : la relation à l’autre. Qu’est-ce qui fait que parfois elle marche, parfois elle ne marche pas ? 

C’est ce qui l’a amenée à la médiation en 2017. Après une formation à l’Institut Émergence, elle devient médiatrice. Dans la sphère professionnelle comme dans la sphère privée, elle aide les gens à se parler mieux, à se parler vraiment. Le principe de la médiation, nous dit-elle, ce n’est pas l’apport de solution, mais l’amélioration de la relation.

Brigitte fait partie du réseau de médiateur de l'entreprise NotreAccord, centre de médiation pour les particuliers et les entreprises réunissant des médiateurs certifiés et spécialisés.

On était ravis de la rencontrer pour parler de la Communication NonViolente (CNV), et d’en savoir un peu plus sur le sujet.


Comment définiriez-vous la communication NonViolente ? Et la communication bienveillante ? Quelle est la différence entre les deux ?

Il n’y en a pas, si ce n’est que la CNV, développée par Marshall Rosenberg, est un processus certifié et donc un terme protégé. Il faut être formé pour dire que l’on pratique la CNV. Cependant, la communication bienveillante (terme non protégé) opère sur les mêmes principes.

La CNV est avant tout une philosophie. Il s’agit de se recentrer sur soi. Mais attention, pas par égoïsme : c’est se recentrer sur soi pour être plus présent à l’autre. C’est donc le “moi d’abord” et non pas le “moi seulement”. J’aime utiliser comme parallèle le masque dans l’avion. Lorsque les masques à oxygène tombent, il faut mettre le sien avant d’aider les autres. Pour la CNV, c’est le même principe : il faut prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin de l’autre.

Pour pratiquer la CNV, il faut donc se poser la question de ses émotions et de ses besoins et les communiquer en vérité, sans prêter d’intention ni émettre des jugements.

Marshall Rosenberg disait qu’au fond, la CNV est un réapprentissage. Car lorsque nous étions bébé et tout petit enfant, c’est ainsi que nous communiquions : nous exprimions nos besoins, sans aucune arrière pensée.


Pourquoi utiliser la communication NonViolente plutôt qu'une autre forme de communication ? Quels avantages présente-t-elle ?

Je dirais que son avantage principal est de prendre en compte une chose : on ne peut pas entendre si l’on ne se sent pas écouté. 

Et cela commence par soi. Avant toute chose, il faut prendre le temps de s’écouter, pour comprendre ce que l’on ressent et ce dont on a besoin. Ainsi, on apprend à s’aligner. Et puis, s’intéresser à l’autre : de quoi a-t-il (elle) besoin ? 

La CNV nous appelle à ralentir dans notre relation à l’autre, de cesser le ping-pong dans les interactions qui est trop souvent source de conflit et de mésentente. Lorsque l’on est focalisé sur son ressenti, on passe moins de temps à étiqueter l’autre, ou à lui prêter des intentions. 

Je pense au phénomène de “pervers narcissique”. Les spécialistes disent qu’ils ne représentent que 5% de la population. Or, ce terme psychiatrique est une étiquette très courante, que l’on prête à tort et à travers, particulièrement dans le monde professionnel. Et elle fait un mal sidérant. 

La CNV a pour rôle de sortir de ces interactions pour aller vers quelque chose de plus constructif et apaisé. Elle permet de trouver une issue au conflit. Soit on améliore la relation, soit on y met fin. La-dessus, je voudrais insister sur le fait que la CNV n’est pas la philosophie de “tout le monde s’aime”. C’est aussi apprendre à dire non, sans violence. L’idée n’est donc pas d’être d’accord, mais d’accepter nos désaccords.


Comment ce mode de communication améliore-t-il les relations humaines ? Quels bénéfices en tirer pour les deux partis ? 

D’abord car je pense qu’il permet de prendre soin de soi et de l’autre. 

La CNV est plus qu’un outil, c’est une façon d’être, une philosophie de vie. Et je pense qu’à force de la pratiquer, on élargit sa conscience de soi et de l’autre. Elle permet d’assumer pleinement la responsabilité de nos mots et de nos gestes, et de la résonance qu’ils peuvent avoir pour la personne en face. Elle mène à plus d’authenticité.

J’ajoute à cela que la CNV permet d’aller plus vite dans la prise de décision, ou dans la gestion du quotidien. C’est contre-intuitif, car elle appelle d’abord au ralentissement. Mais en ralentissant, on se recentre sur l’essentiel, et donc on perd moins de temps sur le reste. La CNV, c’est ralentir pour gagner en efficacité.


Qu’en est-il du non verbal / paralangage dans la CNV ?

La CNV est un tout. Quand on parle de communication, on parle bien sûr de la parole, mais aussi de tout ce qui l’accompagne. Si l’on est au clair sur ce que l’on ressent, alors les mots seront alignés avec le langage corporel. Sinon, c’est que ce n’est pas clair et qu’il y a du travail à faire.

En tant que médiatrice, j’attache une importance aux mots mais aussi à la façon dont ils sont dits. 


Quelles sont les étapes clés de la communication NonViolente ? Comment apprendre à la pratiquer ?

Avant toute chose, je le dis et je le répète : ralentir.

Par cela, je veux dire prendre le temps de revenir aux faits, de retracer les événements. On peut imaginer une caméra qui filme de la manière la plus objective possible ce qui s’est passé. Par exemple, “une personne s’est levée, est partie, la porte s’est refermée en émettant un son très fort” versus “une personne partie furieuse, en claquant la porte.” 

Ensuite, se recentrer sur ses émotions. Attention, il s’agit ici de se focaliser sur ce que l’on ressent, sans prêter d’intention à qui que ce soit. C’est la différence entre “je me sens seul” et “je me sens abandonné”.

Puis, définir son besoin. A ne pas confondre avec la façon de l’obtenir : “J’ai besoin de me réhydrater” versus “J’ai besoin d’un verre d’eau”.

Enfin, formuler une demande. La demande n’est pas une exigence. Lorsque l’on formule une demande, il faut être prêt à ce que celle-ci nous soit refusée.

Vous l’aurez compris, il s’agit bien de la méthode OSBD : Observation, Sentiment, Besoin, Demande. 


Communication NonViolente au travail : par où commencer ?

Il faut savoir que la CNV génère pas mal de peur. Les gens qui ne connaissent pas bien ont peur de cette approche car ils la perçoivent comme un moyen de manipulation. 

Or la CNV n’est pas une méthode que l’on applique pour obtenir ce que l’on veut. C’est une philosophie qui nous permet de mieux nous entendre, nous comprendre. 

Pour déconstruire les idées construites sur la CNV, il faut donc faire appel un(e) médiateur(trice). Les médiateurs, comme moi, ne sont pas des formateurs en CNV mais interviennent pour aider à la gestion des conflits en appliquant entre autres la CNV. 

Je préconise une formation en petits groupes, sur plusieurs mois. Généralement, j’interviens dans une entreprise pour former les équipes à la gestion des conflits, puis je suis les individus, qui me racontent régulièrement les situations auxquelles ils ont fait face, je les aide à analyser, et à intégrer entre autres la CNV dans leur approche.

C’est un apprentissage au long cours car c’est un réel changement de paradigme par rapport à ce que nous avons l’habitude de faire en entreprise ou dans notre vie quotidienne. 

Moi-même, je continue d’apprendre et de m’exercer en la matière. C'est un travail fabuleux, mais un travail long.

Télécharger le livre blanc

Vous avez
des questions,
nous avons les
réponses

No items found.
Découvrez notre dernier guide
X

Travail émotionnel des RH : des clés pour comprendre et s'alléger

Dans ce guide en partenariat avec le cabinet de conseil Korn Ferry, vous apprendrez  :

Icon encoche
Pourquoi le métier de RH implique une charge émotionnelle accrue
Icon encoche
Quelles solutions les RH peuvent mettre en place pour se préserver
Icon encoche
Comment les équipes dirigeantes peuvent prendre soin des équipes RH au quotidien

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Rencontrez-nous

64% des employés se disent stressés au travail *
Que faire ?

Avec moka.care, donnez accès à vos équipes à :

Icon encoche
Un accompagnement humain, personnalisé, et absolument confidentiel
Icon encoche
Une expertise incarnée par 150+ psychologues, coachs et thérapeutes que nous avons sélectionnés
Icon encoche
Des formations dédiées pour prévenir les RPS et former vos collaborateurs à la gestion du stress, à la prévention des conflits, etc.
Icon encoche
Un soutien RH pour identifier les enjeux de l'entreprise, prévenir les risques, et mesurer l'impact
Icon encoche
Une App et 200+ contenus pour se former et prendre soin de soi

* Résultat de l’étude “People at Work 2022” de l’ADP, en Septembre 2022

💡
Attention, ce formulaire est réservé aux dirigeant(e)s et aux fonctions RH.
Pour nous mettre en relation avec vos RH, cliquez ici.
💡
Attention, ce formulaire est réservé aux entreprises souhaitant découvrir nos services.
Pour devenir praticien avec moka.care, cliquez ici.
Déjà membre ? Connectez-vous

Merci d'avoir pris le temps de remplir notre formulaire de contact !

Gardez un oeil sur votre boîte mail ; nous revenons vers vous au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Découvrez notre dernier guide
X

Travail émotionnel des RH : des clés pour comprendre et s'alléger

Dans ce guide en partenariat avec le cabinet de conseil Korn Ferry, vous apprendrez  :

Icon encoche
Pourquoi le métier de RH implique une charge émotionnelle accrue
Icon encoche
Quelles solutions les RH peuvent mettre en place pour se préserver
Icon encoche
Comment les équipes dirigeantes peuvent prendre soin des équipes RH au quotidien

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer
Découvrez notre dernier guide
X

Les nouveaux managers :
le travail se réinvente,
le manager aussi

Un monde qui change demande des éclaireurs qui évoluent aussi. Dans ce guide en partenariat avec Kea & Partners, vous apprendrez  :

Icon encoche
Comment prendre soin de soi en tant que manager avant de prendre soin des autres
Icon encoche
Comment trouver un équilibre entre exigence et bienveillance vis-à-vis de ses équipes

En cliquant sur “Télécharger le guide”, vous autorisez moka.care à stocker et traiter les données soumises ci-dessus afin de vous fournir le contenu demandé et/ou à des fins de prospection commerciale.

Merci d'avoir téléchargé notre livre blanc !

Gardez un oeil sur votre boîte mail. Nous vous l'envoyons au plus vite.
Retour sur moka.care
Oops, veuillez réessayer

La santé mentale est la deuxième cause des arrêts maladie en France

Quel impact sur la santé financière de votre entreprise ?
Faites une estimation des coûts de l’absentéisme, du turnover et des burn-outs avec notre calculateur.
Calculer les coûts