Vous êtes...

la QVT devient la QVCT

QVT, QVCT, ça change quoi ?

C’est officiel ! Le 31 mars 2022, la QVT (Qualité de Vie au Travail) est devenue la QVCT (Qualité de Vie et des Conditions de Travail) grâce à un nouvel accord national interprofessionnel. Plus qu’une simple lettre ajoutée à l’acronyme, c’est un véritable approfondissement du concept. On vous explique pourquoi.

Ces dernières années, avec l’impact notamment de la pandémie, la prise en compte de l’état de santé des salariés est devenue incontournable. 76% des salariés considèrent que l’employeur est responsable de la santé mentale de ses équipes, c’est donc un enjeu de taille pour les entreprises.

La QV(C)T, kézaco ?

La QVT est apparue dans les années 70 et se définit comme “la capacité des salariés à s’exprimer et à agir sur leur travail, le contenu de leur travail, les conditions d’organisation et de réalisation de celui-ci”.

Le concept a parfois été galvaudé avec la mise en place de baby-foots, cours de yoga ou autres avantages considérés comme des démarches QVT alors qu’ils n’avaient pas de réel impact sur le travail en lui-même.

C’est là qu’intervient la fameuse lettre C : en se concentrant sur les Conditions de travail, le nouvel accord met l’accent sur les modalités d’exercice du travail ainsi que sur la prévention des risques professionnels.

On cherche ici un meilleur équilibre entre les sphères personnelle et professionnelle, des conditions de travail favorables, mais aussi un questionnement sur le sens du travail de chacun et la participation des salariés aux enjeux de santé au travail.

Pour résumer la QVCT en quelques points, elle est :

1) Mesurée selon la perception des salariés
  • La QVCT est différente selon les profils des salariés et leurs attentes.
  • Elle nécessite d’être adaptée à chaque organisation.
2) Liée aux conditions et au contenu du travail
  • On parle ici des pratiques managériales, des parcours professionnels mais aussi des relations interpersonnelles.
3) À la fois collective et individuelle
  • Tous les membres de l’entreprise sont concernés : salariés, managers, dirigeants.
  • Il s’agit d’un dialogue participatif et continu entre tous les membres de l’entreprise.
4) Basée sur une démarche de prévention et d’anticipation des risques
  • La prévention est renforcée avec la mise en place d’indicateurs de résultats.

Concrètement, on fait quoi ?

Voici quelques pistes d’actions à creuser pour travailler votre démarche QVCT :

  1. Proposer une plus grande flexibilité des horaires de travail.
  2. S’assurer que la déconnexion soit bien respectée en dehors des plages de travail.
  3. Mettre en place une politique de télétravail.
  4. Réaménager les espaces de bureau pour qu’ils permettent de travailler dans les meilleures conditions.
  5. Evaluer régulièrement la charge de travail des collaborateurs et trouver des solutions pour éviter les surcharges.
  6. Former les managers à la communication non violente ou à des ateliers sur la santé mentale.
  7. Bien définir les valeurs et la mission de l’entreprise pour donner plus de sens au travail.

La QVCT, ça se mesure ?

Oui et non. Il est peut être complexe de mesurer la satisfaction de chaque collaborateur, d’autant plus que le champ d’action concerné est très vaste.

On peut quand même suivre quelques indicateurs pour avoir une vision générale de la satisfaction des équipes comme :

  1. des indicateurs de santé (maladie professionnelle, inaptitude, accident)
  2. des indicateurs de perception (satisfaction, sentiment d’appartenance, clarté des missions...)
  3. des indicateurs de fonctionnement (absentéisme, turnover, formations, promotions etc.)
  4. des indicateurs démographiques (à coupler aux précédents indicateurs pour favoriser l’analyse)

La QVCT, alliée de la performance ?

Un salarié heureux au travail serait 30% plus productif et 6 fois moins absent.

Si la corrélation entre bonheur au travail et réussite professionnelle est établie, il ne s’agit pas forcément d’une relation de causalité. Est-ce parce que les salariés se sentent bien qu’ils réussissent davantage ou parce qu’ils réussissent davantage qu’ils se sentent bien ? Bref, l’œuf et la poule, vous connaissez.

Ce qu’on retient surtout de ce nouvel accord, c’est que la QVCT met l’accent sur l’importance d’une bonne qualité de vie au travail. Et comme ça favorise une meilleure prise en compte de la santé mentale des collaborateurs, on ne peut qu’applaudir ces évolutions !

Télécharger le livre blanc

Faisons de la
santé mentale la force
de votre entreprise.

proposer moka.care à mes équipes