Vous êtes...

le dispositif MonPsy

Le dispositif “MonPsy”, vers une prise en charge publique de la santé mentale ?

Le dispositif “MonPsy”, qu’est-ce que c’est ?

Actif depuis avril 2022, ce dispositif permet à tous de bénéficier de séances de psychologues entièrement remboursées, et ce dès l’âge de trois ans.

En levant la barrière financière pour accéder à une prise en charge psychologique, il permet de rendre la santé mentale plus accessible. Et en tant que premier pas vers une prise en charge publique de la santé mentale, cette initiative rejoint une conviction fondamentale chez moka.care : il n’y a pas de santé sans santé mentale !

Mais comment se faire accompagner via ce dispositif et pourquoi ne répond-il pas aux besoins de tous aujourd’hui ?

Comment bénéficier de ce dispositif en tant que patient ?

  1. Première étape : prendre rendez-vous avec son médecin (généraliste, pédiatre, médecin hospitalier…). Les situations qui amènent à vouloir consulter un psychologue peuvent être variées (anxiété, dépression, trouble alimentaire…ou toute situation de mal-être) mais la clé d’entrée du dispositif MonPsy est toujours un rendez-vous chez le médecin, qui va évaluer l’état de santé de la personne et l’orienter vers des psychologues partenaires du dispositif.
  2. Deuxième étape : prendre rendez-vous avec un psychologue de l’annuaire MonPsy. Il n’est pas possible de vous orienter vers n’importe quel praticien, celui-ci doit faire partie des psychologues référencés.
  3. Troisième étape : demander un remboursement. Vous pouvez bénéficier de huit séances annuelles entièrement remboursées par l'assurance maladie et votre complémentaire ou mutuelle. Les séances sont prises en charge à 60 % par l'assurance maladie et à 40% par la complémentaire ou la mutuelle. Pour obtenir le remboursement, envoyez la feuille de soins et le courrier d’adressage à l’organisme d’assurance maladie (après chaque séance ou à la fin de plusieurs séances). Dans certains cas spécifiques (Affection de Longue Durée, Grossesse…), vous n’avez pas besoin d’avancer les frais.

Pourquoi ce dispositif a-t-il généré une controverse ?

Depuis plusieurs mois, de nombreux psychologues sont descendus dans les rues ou ont signé des tribunes pour critiquer ce dispositif. Quatre éléments sont fréquemment cités dans le cadre de cette controverse.

1) L’obligation de voir un médecin avant d’être suivi par un psychologue

Cela cause plusieurs problèmes:

  • Certains psychologues considèrent que cela nie la qualité de leur formation (de cinq ans).
  • Cela ajoute une étape à une démarche parfois déjà difficile.
  • Alors que de nombreuses régions françaises sont qualifiées de déserts médicaux et que la saturation des médecins généralistes augmente, cela ajoute un temps d’attente parfois long à la prise en charge psychologique.

Il existe toujours un réel tabou autour de la santé mentale. Faire le pas d’aller consulter un psychologue peut donc être difficile. Il est important que cette démarche reste simple, rapide et accessible à tous.” commente Céline, psychologue référente chez moka.care.

2) Des temps d’attente importants pour commencer le suivi psychologique

Début avril, 600 psychologues participaient à ce dispositif sur tout le territoire français. Un nombre très faible au vu de l’importante demande, qui a été accentuée par la crise du covid-19 ainsi que par la guerre en Ukraine. Résultat : des délais d’attente souvent très longs pour pouvoir débuter l'accompagnement psychologique.

3) Un accompagnement qui n’est pas toujours le plus adapté

Le faible nombre de psychologues participant au dispositif ainsi que les temps d’attente très longs contraignent souvent les patients à choisir le praticien le plus proche ou ayant des disponibilités rapides sans que celui-ci ne soit forcément le plus adapté à leur besoin. Or, il existe en psychologies différentes spécialités et différentes écoles pour adresser les problématiques des patients (syndrome de l’imposteur, parentalité, burn-out…).

“Ce n’est pas toujours facile d’être au clair sur les problématiques que l’on traverse, ou de savoir si l’on doit plutôt s’orienter vers un(e) psychologue ayant une approche analytique, humaniste, cognitivo-comportementale... Chez moka.care, nous proposons un premier échange avec un(e) psychologue référent(e) pour répondre à ces questions et guider vers le soutien le plus adapté.” explique Céline, psychologue référente moka.

4) Un tarif de consultation difficilement tenable pour les psychologues

Dans le cadre du dispositif MonPsy, le montant des consultations est encadré. Il ne peut pas dépasser 40 euros pour la première séance et 30 euros pour les suivantes. Ce tarif, en deçà des prix habituellement pratiqués par la plupart des praticiens, explique en partie le nombre restreint de psychologues ayant accepté de participer à cette initiative jusqu’à aujourd’hui. Celui-ci ne tient pas compte des charges qu’ils doivent payer pour exercer et rend le suivi non rentable pour de nombreux psychologues.

Le dispositif MonPsy, complémentaire de l’accompagnement par moka.care

Chez moka.care, nous nous réjouissons que la santé mentale devienne accessible au plus grand nombre.

Cependant, nous pensons qu’au vu du dispositif actuel, il est encore plus que nécessaire d’accompagner en parallèle ses collaborateurs pour  :

  1. Réduire autant que possible les freins à la première consultation avec un psychologue,
  2. Proposer des temps de prise en charge très courts,
  3. Permettre d’orienter vers le praticien le plus adapté pour la personne selon ses besoins.

Au-delà de ces aspects, l’accompagnement moka.care permet également de se concentrer sur la prévention en se formant à la santé mentale et en prenant soin de soi entre les séances avec de la méditation ou des techniques de respiration par exemple via notre Application de self-care.

Télécharger le livre blanc

Faisons de la
santé mentale la force
de votre entreprise.

proposer moka.care à mes équipes