Vous êtes...

pause de carrière et retour au travail

Revenir après une "pause" de carrière

On les appelle les carrières “zig zag”, ou “en dents de scie”, et c’est rarement vu d’un bon œil.

La bonne nouvelle ? Depuis quelques jours, LinkedIn permet d’ajouter une pause de carrière dans son profil. Un pas de plus vers la déstigmatisation des “trous” dans le CV.

Cela étant dit, comment fait-on concrètement pour gérer les pauses de carrière dans son entreprise ?

À l’heure où les parcours sont de moins en moins linéaires, il devient crucial d’accompagner les collaborateurs lorsqu’ils s’en vont... et reviennent !

On vous a concocté un guide en 3 étapes :

pauses de carrière

­­­­Avant : un départ, ça se prépare

­­­­­­­­­­­­­­­­­Là-haut, ça turbine : "Et si je ne retrouvais pas ma place à mon retour ? Et si on se rendait compte que c’est mieux sans moi ? Et si ? Et si ?"

Face à cela, notre maître mot : l’an-ti-ci-pa-tion (eh oui, encore lui).

On reprend donc la checklist de départ :

✔  Prévoir la passation : On pense “équipe”. Pour permettre à celui qui s’absente de partir sereinement et éviter à ceux qui reste un surplus de travail, on s’organise. On identifie les sujets prioritaires, on se les répartit. Et si besoin de recruter, il est toujours préférable d’impliquer la personne qui s’en va dans le choix.

✔  Libérer l’agenda : La personne sur le départ doit avoir le temps de faire la passation de ses sujets. Pour cela, il vaut mieux éviter de lui confier de nouveaux projets le mois avant son départ.

✔  Anticiper l’entretien annuel : Même si c’est un peu tôt, il vaut mieux le faire tant que tout est encore “frais” dans votre tête pour faire le bilan des derniers mois écoulés. C'est aussi l’occasion de donner à la personne tous les contacts qui pourront lui être utiles pendant son congé ou son arrêt (un référent au sein des RH, le médecin du travail etc.)

­­­­

Pendant : la juste distance

Quand la pause s’impose, il faut savoir s’arrêter.

Pour aider l’employé(e) à mieux déconnecter :

✔  Éviter les slacks et emails sur les sujets professionnels (cela va de soi mais autant le préciser).

✔  Proposer des updates réguliers à l’employé qui s’absente pour le tenir au courant de la vie de l’équipe, des chiffres clés... Une newsletter peut être un bon moyen de garder la personne à la page sans trop s'immiscer dans son temps off.

✔  Prévoir de petites attentions. On pense bien sûr au cadeau de naissance en cas de congé parental, mais pourquoi pas un petit mail informel juste pour prendre des nouvelles ?

✔  Organiser un point avant la reprise. Un retour en douceur se fait en plusieurs étapes. Commencez par un petit point informel de 30 minutes par téléphone avant le jour J. À l’agenda : répondre à ses questions, calmer ses inquiétudes, aborder son retour avec enthousiasme.

Après : l'étape du réonboarding ­­­­­­­­­­­­­­

­Ce mot barbare pour parler d’un retour en douceur

Nos conseils :

✔  Accueillir : Revenir au bureau, c’est quand même plus agréable quand on se sent attendu et accueilli. Selon la raison de l'absence du salarié, réfléchissez à un accueil approprié (plus ou moins festif, en petit ou grand comité…).

✔  Aménager l'emploi du temps : L'objectif est de s'adapter autant que possible à la nouvelle réalité de l'employé (contraintes horaires, souhait de temps partiel etc.). On allège aussi l'agenda des premières semaines : la pire idée serait de reprendre sur les chapeaux de roues.

✔  Accompagner la reprise de poste : en faisant des points réguliers, en sondant la personne sur ses envies d'évolutions professionnelles. C'est l'occasion aussi de lui proposer une formation pour se remettre dans le bain et d'apprendre de nouvelles compétences (efficace aussi pour lutter contre ce vilain syndrome de l'imposteur).

✔  Réintégrer la personne au collectif : Les premiers jours, on fait le tour des bureaux pour présenter les nouveaux arrivants. On essaie aussi d'impliquer la personne dans des groupes internes à l'entreprise ou de la convier à des moments d'échange liés à la situation qu'elle vient de vivre. (On nous souffle que certaines entreprises mettent en place des groupes de soutien entre jeunes parents par exemple).

Que la pause soit voulue ou non, il convient donc de l’accompagner au mieux.

Et on espère qu’à terme, avoir mis sa carrière entre parenthèses pendant quelque temps ne sera plus un tabou ni un frein professionnel.

👉🏼  Vous rencontrez une difficulté pour accueillir au mieux un collaborateur après une situation spécifique (congé parental, arrêt maladie longue durée, congé de proche aidant…) ? N'hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions vous accompagner.

Télécharger le livre blanc

Faisons de la
santé mentale la force
de votre entreprise.

proposer moka.care à mes équipes