Vous êtes...

dire non au travail

Comment dire "non" au travail ?


“Non”.
C’est l’un des mots les plus courts et incisifs de la langue française.

Enfants, nous l’employions avec une facilité déconcertante. Arrivés à l’âge adulte, ça s'est corsé. En milieu professionnel, n’en parlons pas : ce mot là, on le redoute, dans la bouche des autres comme dans la nôtre. Pourtant, poser des limites, rien de plus normal. On pourrait même dire : rien de plus nécessaire.

C'est trop duuur

les bronzés font du ski

Combien sommes-nous à avoir les mains moites et le cœur qui bat la chamade au moment de devoir dire... non ?

Rassurez-vous, c’est normal. Et ce pour deux raisons principales :

1) C’est socialement mal perçu

Quand on dit “non” au travail, c’est reçu comme un manque de volonté ou de coopération. Ou pire (?), ce peut être interprété comme un manque de capacité, un aveu de “faiblesse” en quelque sorte — bye-bye la promotion.

2) On ne sait pas vraiment faire

Et c’est peut-être le point le plus important. Car à force de ne pas le faire, nous avons désappris à dire non. On prend un air emprunté (vous voyez lequel ?) et de deux choses l'une :

  • soit le “non” est un peu mou et sans conviction — et donc pas un vrai “non”.
  • soit le “non” est trop affirmatif, sur la défensive, et ne laisse pas de place à la discussion. Perdu.

Dire non, c'est nécessaire.



Pourtant on le sait : l'enjeu n'est pas de dire “non”, mais bien de poser ses limites.

Des limites, on en a tous. Elles ne sont pas les mêmes d'une personne à l'autre et elles évoluent dans le temps. Mais elles sont toujours là, et nous en avons besoin.

­­­­­­­­

Fixer des limites est sain

La limite, c'est tout simplement cette ligne qui sépare l'instant où l'on se sent bien de l'instant où l'on ne se sent pas bien. Elle nous permet ainsi de définir ce que l'on accepte et ce que l'on n'accepte pas.

fixer des limites travail


Poser des limites, c'est aussi apprendre à mieux gérer son temps, ses relations aux autres et son travail. Finalement, le “non” est une information : "Non, je ne peux pas faire ça".



Les limites sont un gage de confiance.

Vous l'aurez peut-être remarqué, le refus va de pair avec une grande qualité : la transparence. Quand on dit “non” de manière claire et certaine, on fait aussi preuve d'honnêteté. A contrario, les faux “oui” peuvent traduire un manque de recul ou de sérieux.

Lorsque notre “non” est un vrai non, alors notre “oui” est aussi un vrai oui. Cela inspire confiance.

Alors, comment dire non au travail ?



S'il faut savoir être ferme, on peut difficilement se contenter de dire “non” sans explication et tourner les talons.

Existe-t-il alors une troisième voix ? Celle qui laisse entendre le refus, sans pour autant fermer la porte à toute discussion ? La réponse, vous serez heureux de l’apprendre, est OUI !

Quelques conseils pour y parvenir :

- Ne pas s’excuser. (1) Vous ne faites rien de mal (2) Cela rendrait votre “non” moins légitime.
- Rester rationnel. Préparez votre discours : posez le contexte, développez vos arguments. Plus vous serez clairs sur le pourquoi, moins vous vous laisserez submerger par l'émotion.
- Éviter le procès d’intention. Dans un désaccord, rien de pire. Ne prêtez pas d'intention à votre interlocuteur, et restez focalisé sur vous, votre ressenti, votre perception des choses.
- Être orienté solution. En proposant des alternatives, vous montrez que vous êtes ouvert à la discussion. Si cela ne vous vient pas naturellement, entraînez vous à dire “non, mais…

­­­­­­­­

On vous laisse méditer cela ? (ne dîtes pas non)

Télécharger le livre blanc

Faisons de la
santé mentale la force
de votre entreprise.

proposer moka.care à mes équipes