Dopamine vs. sérotonine : shots de plaisir vs. bonheur durable

Dans ce poste nous allons vous parler du lien entre deux molécules que nous produisons naturellement, la « dopamine » et la « sérotonine » et surtout comment ces dernières influencent notre vie quotidienne.

Commençons par un peu de biologie : la sérotonine est essentielle à la régulation de nos humeurs et la dopamine est synonyme de plaisir immédiat.

Robert Lustig, endocrinologue américain, a été parmi les premiers à faire apparaître la différence entre plaisir et bonheur. Deux concepts trop souvent confondus et qui ne dépendent pas du même neurotransmetteur.

La dopamine génère la sensation de plaisir à court terme. Elle stimule, excite tout en créant un plaisir éphémère, instinctif, matériel et solitaire. Dans ces travaux sur les addictions de toutes sortes (réseaux sociaux, achats compulsifs, drogues, jeux vidéo, pornographie), Robert Lustig parle de "circuit de récompense". Il explique ces addictions de manière scientifique : à cause d’un excès de dopamine, certains neurones sont sur-stimulés et meurent, ce qui rend leurs récepteurs inefficaces, d’où la sensation de vide ressentie quand on est addict : "La fois suivante, vous avez besoin d’une plus grosse dose (…) pour finalement prendre une énorme dose avec aucun effet".

La sérotonine quant à elle est responsable de ce qu’on pourrait appeler le bonheur. Contrairement à la dopamine, elle inhibe les neurones plutôt que de les stimuler. Son effet est d’autant plus durable dans le temps.

Un problème apparaît cependant rapidement : la dictature des satisfactions éphémères empêche l’épanouissement durable.

Premièrement, notons que la dopamine n’est pas un mal en soi. C’est un neurotransmetteur indispensable sans lequel nous perdrions tout simplement le goût de vivre. Cependant, aujourd’hui, ce neurotransmetteur se retourne contre nous. Selon la thèse développée par Lustig : "La récompense, c'est ce qui nous pousse à agir : si nous n'aimions pas la nourriture et le sexe, nous ne mangerions pas et ne nous reproduirions pas. [...] Mais quand la récompense devient notre but premier, elle fait le lit de l'addiction, qui est l'exact opposé du bonheur"

Il nous avertit de l’influence de ces satisfactions passagères sur les autres neurotransmetteurs. Sur-stimulé par la dopamine, le cerveau a la faculté de réduire certains récepteurs pour atténuer son excitation et éviter les risques qui y sont liés. Résultat, le cerveau a besoin d’une plus grande quantité de dopamine pour se procurer du plaisir et avoir la même récompense. On entre alors dans un cercle vicieux. Couramment appelée « l’hormone du bonheur », la sérotonine est alors moins bien perçue par le cerveau.


D’accord, mais maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Vous vous demandez surement comment réguler votre dopamine et augmenter votre niveau de sérotonine. Pour l’anecdote, la sérotonine est un composant majeur des principaux anti-dépresseurs (Prozac, etc.) ; l’idée serait donc favoriser sa production naturelle, dans votre corps.

Conseil #1 : Pensez au jeûne de dopamine.

Un jour par semaine sans réseau sociaux par exemple voire une semaine pendant les vacances cette été pour les plus courageux. Vous avez peur de vous lancer ? Lisez un bon retour d’expérience dans les Echos Start !

Conseil #2 : aidez votre corps à produire de la sérotonine grâce à une alimentation équilibrée. (Good food is good mood)

Notamment en consommant plus régulièrement 3 micronutriments. D’abord la vitamine B6 (avocats, chou, haricots verts, lentilles…). Bon, pas toujours fun de manger du chou. Heureusement il y a aussi les acides gras oméga 3 présents dans les poissons gras (saumon, maquereaux…) et la vitamine D qui est produite lorsque nous sommes exposés au soleil.

Conseil #3 : Augmentez vos relations sociales, les vraies !

Les amitiés sont de véritables soutiens, elles ont une influence directe sur nos humeurs et sur notre bonheur. Les vrais amis nous aident à surmonter des épreuves, ils nous font sourire et profiter des moments simples. Riez! C’est irrésistiblement contagieux. Certains médecins recommandent même de rire pour traiter le stress. En générant de la sérotonine, les relations sociales préservent nos cœurs et nos cerveaux, elles sont gages de longévité et à l’origine d’une meilleure qualité de vie et d’une meilleure estime de soi.

Si on résume : des petits maki saumon / avocat en terrasse cet été, sans iPhone sur la table, et avec de bons potes semblent être un bon cocktail pour augmenter votre taux de sérotonine !

Take Care !

Vous voulez en savoir plus sur le sujet :

- Un très bon article de Slate qui vous permettra de comprendre pourquoi vos potes accros aux sports extrêmes sont dopés à la dopamine

- Une super vidéo de Brut qui résume la différence entre plaisirs et bonheur

- Enfin, la série Dopamine d’Arte Creative qui vous détaille l’impact de chacun des réseaux sociaux.

Vous voulez en savoir plus sur les différentes façons de prendre soin de votre esprit ? N’hésitez pas à nous laisser un petit message, on sera ravis d’échanger.

Sources : Robert Lustig, The hacking of the American Mind

moka.care n'est  pas un service d'urgence - en cas d'urgence, contactez le 15

moka.care is not an emergency service, please call 15 in case of emergency

Copyright © 2020 by moka.care, tous droits réservés.